Facetune_19-10-2020-12-03-03.JPG

Jeune soprano lyrique, Julie Prola séduit par la richesse harmonique et l’ampleur de son timbre tout en impressionnant par la longueur de sa voix et « son tempérament dramatique rare » qui lui permettent de naviguer à travers un large panel de répertoire et de dresser des portraits psychologiques complets des personnages qu’elle incarne. 

 

Après des études de piano, Julie Prola entame sa formation de chanteuse et commence ses études au sein de la Maîtrise de Paris avant de suivre rapidement en parallèle les cours de madame Janine Reiss. Elle intègre le Département Supérieur pour Jeunes Chanteurs dans la classe de Florence Guignolet où elle obtient son DEM et son Prix de Perfectionnement Lyrique puis le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dont elle est diplômée en 2017. Elle se perfectionne aujourd'hui auprès de Ludovic Tézier et Cassandre Berthon, Caroline Fèvre, Edwige Herchenroder et Susan Manhoff.

Julie Prola est lauréate de la prestigieuse Académie Musicale Philippe Jarrousky et a été membre de l’Atelier Lyrique d’Opera Fuoco de 2014 à 2018.

 

Parallèlement ses débuts professionnels s’effectuent très vite. Dès 2013, une première expérience professionnelle la conduit  à se produire en récital dans un programme d’airs de Mozart avec l’Orchestre National de Lille, dirigé par Jean-Claude Casadesus et chante la même année les rôles de Suor Genovieffa (Suor Angelica, Puccini) et Fiordiligi (Cosi fan Tutte, Mozart) sous la direction de Pierre-Michel Durand. 

 

Elle se produit dans les rôles d’Eurydice (Orphée et Eurydice, Gluck) à la Philarmonie de Paris sous la baguette d’Olivier Holt aux côtés de l’Orche’Est ensemble, crée le rôle de Fiordiligi (Cosi Fanciulli, Bacri) au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction de David Stern et mis en scène par Jean-Yves Ruf, Dido (Dido & Aeneas, Purcell) au Shangai Baroque Festival, Altisidore (Don Quichotte chez la Duchesse, Boismortier) au MA Festival de Brugges et au théâtre de Thionville sous la baguette d’Hervé Niquet et dans une mise en scène de Shirley et Dino pour sa première collaboration avec le Concert Spirituel, Kate Pinkerton (Madame Butterfly, Puccini) à l’Opéra National de Lorraine sous la direction de Modestas Pitrenas et mis en scène par Emmanuelle Bastet, La Ciesca (Gianni Schicchi, Puccini) dirigé par Maxime Pascal aux côtés de l’Orchestre Impromptu, Katherine (Kiss me Kate, Cole Porter), Fiordiligi dans une adaptation de Cosi fan Tutte de Mozart par Frank Krawzyk au Théâtre des Bouffes du Nord et le rôle de Female Chorus (The Rape of Lucretia, Britten) au Norwegian National Opera and Ballet dans le cadre du Lidalnorth Program. 

 

Julie se produit également régulièrement en récital, notamment aux côtés du pianiste Manuel Vieillard, pour le Festival Jeunes Talents, au Goethe Institut ou à la Villa Majorelle à Marrakech; avec la Mezzo-Soprano Ambroisine Bré dans le cadre des Saisons de l’Opera Grand Avignon; et dernièrement avec l’Orchestre de Chambre Nouvelle Europe dirigé par Nicolas Krauze à Paris puis à St Petersburg aux côtés du prestigieux concours Paris Opera Compétition.

  

La saison dernière, Julie Prola retrouve le Concert de la Loge, dirigé par Julien Chauvin pour une série de concerts: tout d'abord dans le cadre de la 40ème édition du Festival d’Ambronay avec les autres Jeunes Talents de l'Académie Jaroussky ainsi que Philippe Jaroussky, Geneviève Laurenceau et Christian-Pierre La Marca puis en tant que Soprano solo du Stabat Mater de Pergolèse aux côtés du contre ténor Paul-Antoine Bénos, avec lequel elle se produit également la même saison au Festival de Musique Baroques de Savennières avec le claveciniste  Justin Taylor.

 

En début de saison prochaine, elle fera ses débuts dans le rôle de Violetta Valery (La Traviata, Verdi) aux côté de l'Orchestre Note et Bien sous la direction de Thibault Back de Surany et débutera sa première collaboration avec Le Palais Royal dirigé par Jean-Philippe Sarcos.